Parfois, tu te lèves et tu te dis que ça va être une belle journée et… tu as tort 😁.

C’est ce qu’il m’est arrivé il y a quelques mois et mon expérience, bien que loin d’être agréable, pourra sûrement t’être bénéfique (faut bien que ça serve, hein !).

Donc ouais, on m’a dit que j’étais malhonnête et pas digne de confiance.

Prends-toi ça dans la tronche, Fanny !

 

Comment trouver des clients... avec un balai !

Je te replante le contexte vite fait.

On est en fin novembre, il fait froid, tout ça.

Une nana, qu’on appellera Berthe, prend un rdv téléphonique avec moi.

La discussion se passe très bien, elle est emballée par l’Effet Boom, c’est exactement ce dont elle a besoin, elle en a conscience.

Quelques jours après, elle décide d’investir.

Youpi tralala, je suis ravie de bosser avec elle, le courant est vraiment bien passé, je suis sûre que je vais pouvoir l’aider et que tout se passera bien.

 

 

Les jours passent, Noël arrive bientôt.

Et moi, Noël, ça me donne envie de mettre du bolduc partout, bref, j’aime faire des cadeaux.

Alors, je décide de faire une réduction exceptionnelle sur l’Effet Boom.

25 décembre > -25%

Je fais un cadeau tous les ans, je trouve ça sympa de marquer le coup.

 

Donc je parle de cette réduction à mes abonnés et j’en touche aussi 2 mots sur LinkedIn.

Berthe voit mon post LinkedIn et m’envoie un mail pour savoir si la réduction est rétroactive.

 

 

Je suis un peu surprise par sa question.

Quand je vais chez Zara acheter un pull (en vrai, j’y vais jamais, je n’achète que de l’occasion, la planète, tout ça…) mais bon admettons que j’aille chez Zara.

Ben le pull que j’ai acheté, si 3 semaines après il est en promo, je ne repars par au magasin pour demander la réduc.

Après l’heure, c’est plus l’heure, mais avant non plus, en fait ! 🤔

J’ai choisi Zara comme exemple, mais ça marche aussi avec Apple ou Ford.

 

Quand t’achètes un truc, tu le prends au prix du jour (non parce que si j’avais augmenté le prix 3 semaines après, là, je pense qu’elle ne serait pas venue me réclamer quoi que ce soit…).

Et c’est là que c’est arrivé.

“…je me sens arnaquée…”

“…je n’ai pas envie de travailler avec toi…”

“…je me sens déçue et blessée…”

Voilà, Berthe vient de me décocher un bon vieil uppercut des familles et je pense que niveau blessure, je suis pas mal aussi.

 

Je comprends sa frustration, moi aussi quand je vois qu’il y a une promo 3 semaines après mon achat, je râle.

Mais je râle en dedans, je ne vais pas au magasin pour taper un scandale.

Par contre, le reste, non je ne le comprends pas.

 

 

Je le dis toujours en long, en large et en travers, c’est très important de bosser avec des gens qui nous ressemblent, avec qui on se sent bien.

J’aime créer une atmosphère détendue et conviviale parce que c’est pour moi la meilleure façon d’avancer.

Berthe, c’était tout à fait ma cliente idéale sur le papier.

 

 

Et là, BAM ! Tout est foutu en l’air par quelques petits mots jetés comme ça.

 

Ça m’a fait un mal de ouf.

Et les mots, je suis bien placée, de par mon métier, pour savoir qu’ils peuvent avoir un sacré pouvoir, dans le bon comme dans le mauvais.

Alors, Berthe me demande un remboursement.

 

C’est une garantie que j’offre à tous les participants.

Je préfère n’avoir que des clients qui adhèrent totalement à ma façon de bosser, à mon univers, à mes supports, alors si dans les 15 premiers jours de la formation, ils ne sont pas satisfaits, je préfère les rembourser et qu’on puisse tous les deux passer à autre chose (même si c’est pas forcément rigolo pour le portefeuille).

 

Et tu sais quoi ?

En 18 mois d’existence de l’Effet Boom, personne n’avait jamais demandé le remboursement.

Personne.

Parce que quand les participants commencent le programme, ils n’ont pas envie de faire marche arrière.

Personne, jusqu’à ce jour, un peu avant Noël (Jingle bells ! Jingle bells !).

 

 

Alors, ouais, je l’ai remboursée et j’avoue que ça m’a un peu fait passer l’envie de faire des cadeaux.

 

J’ai très mal vécu ce moment, en temps qu’hypersensible, je prends tout dans la tronche puissance mille et ça m’a valu des jours et des jours d’angoisse.

 

Trop merci Berthe ✌

 

Entre temps, elle s’est excusée, me disant qu’au fond, elle ne pensait pas ce qu’elle disait, que c’était parce qu’elle avait des soucis financiers, et qu’après réflexion, elle n’assumait pas l’investissement que représentait l’Effet Boom.

Le poids des mots

 

Donc la vraie raison lui appartenait, ça n’avait absolument rien à voir avec moi, et pourtant, c’est moi qui ai pris sa frustration dans les dents.

Je ne regrette absolument pas de l’avoir remboursée parce que si elle était devenue ma cliente, je sais pertinemment que je n’aurais pas su ravaler ma rancune (ouais, je suis super sympa comme nana, mais quand on me fait une crasse, je suis incapable d’oublier, c’est comme ça…).

 

Alors je me suis sentie libérée, délivrée, mais quand même un peu amère…

 

La morale de l’histoire ?

Ne compte pas sur moi pour te dire qu’il ne faut pas prendre les choses à cœur et tout ce tralala, moi je fais mon boulot avec mes tripes et quand tu attaques ce que je fais, tu attaques ce que je suis.

En fait, il n’y a pas de morale, c’était juste une envie de partage, parce qu’on montre toujours ce qui va bien et que parfois, ça peut faire du bien de voir l’autre côté du miroir…

 

Tu veux savoir ce que Berthe a raté ? C’est ici.

 

Et si tu veux commencer par trouver tes clients B2B gratuitement, il y a quelques pistes dans cet article.